Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 13:54
Ayè, j'ai encore improvisé un truc!
Comme je suis partie d'une barquette de sauté de porc sans savoir comment ça allait évoluer, je n'ai même pas pensé à prendre des photos
.
En fait, c'est une variante de mon sauté de porc aux pruneaux. Des abricots, cette fois!

J'ai trouvé simple et super bon, alors je vous en fais profiter.
En ce qui concerne les quantités, c'est de l'"à peu près", comme d'hab.



SAUTE DE PORC AUX ABRICOTS ET AUX EPICES
(Préparer le matin pour le soir ou la veille pour le lendemain)

Ingrédients pour 6 personnes

(j'en ai fait la moitié mais ai écrit la recette pour faire pour une tablée)

 

- 800 gr de sauté de porc

- 1 poivron rouge

- 1 poivron vert

- 8 grosses carottes

- 3 gros oignons

- 2 poignées d’abricots secs

- 4 petites tomates

- Env. 1 CAC bombée de cannelle en poudre (quantité selon goût)

- Env. 1 CAC bombée de cumin sauvage moulu (à ne pas confondre avec le carvi!)

  (quantité selon goût)

- Env. 1 CAC  bombée de Ras-el-hanout (quantité selon goût)

- 1 à 2 CAC de thym

- 1 à 2 CAC de harissa

- Huile d’olive, sel, poivre

- De l'eau pour couvrir à mi-hauteur

 

1) Faire revenir les oignons émincés avec les poivrons en grossiers morceaux

    dans l’huile d’olive


2) Ajouter  la viande et les carottes en tronçons, faire revenir


3) Adjoindre les abricots secs, les herbes, les épices et l'eau (qui fera la sauce)


4) Laisser cuire ½ heure à la cocotte-minute


(laisser reposer jusqu'à soir ou jusqu'au lendemain)

 


5) Remettre la cocotte sur le feu sans couvercle 1/4 d'heure avant de servir

    (touiller de temps en temps).


Accompagner de semoule (précuite en sachet), que vous préparez pendant que le plat réchauffe


Les abricots et les légumes sont confits: vous obtenez une sauce sucrée-salée semi-onctueuse (il reste du jus) et parfaite pour la semoule

 

Pivoine, tu peux y aller tranquille: c'est fastoche. Tu n'as qu'à diviser les quantités par 2. Par contre, merci de ne pas le faire pour recevoir "des nains",  parce que ce sera sûrement le plat principal pour mon invit' de février (c'est dans cette intention que je l'ai improvisé avant-hier)

... En espérant qu'aucun des 7 nains ne passera par ici, sinon, ch'suis grillée!


.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 15:15
Ce week-end, beaucoup d'activité au petit atelier


On ne peut rêver élève plus appliquée!

.
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 23:31


Si vous le désirez, vous pouvez écouter la musique "qui va bien",
tout comme nous l'avons fait au cours de la soirée concernée par ce billet

*************************************************















Ce dernier samedi soir, chez gum,

le temps s'écoulait à l'heure indienne.


J'avoue que l'assiette est moche, mais il fallait servir une tablée entière

- on en voit qu'un bout - au pas de course!...

Et puis, prendre la photo pour "le tonton" avant que ça ne refroidisse:

Résultat plus sportif qu'esthétique! :-D 

 


 

La composition du repas n'était pas une oeuvre de puriste

(ici, ce n'est jamais vraiment le cas)

mais plutôt une mosaïque de couleurs, de saveurs,

de consistances et d'odeurs.

Sans oublier le contraste entre le chaud épicé

et la fraîche douceur


Le but: charmer les papilles sur toutes les notes!




****************************************************


MENU


Poulet au fénugrec

Raïta de concombre et radis

  Sauce d'accompagnement au yaourt et à la menthe

Achards de tomates fraîches aux raisins

Paratha et Papadum

Lentilles-corail à la noix de coco

Riz aux épices mystérieuses

Mangue fraîche


*************************************************


Les lentilles-corail, c'est délicieux!

Il faut les faire cuire environ 20 mn à l'eau salée.

On peut les déguster tel quel, avec une noix de beurre.


Mais voici comment je prépare mes lentilles-coco:

Dans l'eau de cuisson, je mets deux belles feuilles de laurier.

Quand les lentilles sont presque cuites (le centre juste un peu ferme),

je les égoutte, j'ôte les feuilles de laurier et je remets les lentilles

à la casserole avec 3 belles cuillérées de lait de coco crêmeux

Et je laisse se terminer la cuisson en mélangeant de temps en temps.

Voilà, c'est tout.


C'est si simple mais...Mmmmm....C'est si doux!


****************************************


Avec un coucou à celui qui est

curieux comme une pie,

muet comme une carpe et

  espiègle comme un... TONTON FLINGUEUR !

(et qui rigole maintenant à s'embuer les lunettes)


.



Partager cet article
Repost0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 23:35

Aujourd'hui, à la fin d'un week-end très agréablement très agité,

pas vraiment le temps de préparer un billet.

Du coup, l'histoire d'une table de soirée ordinaire...



... Pour compléter une assiette rapide,

rien ne vaut une tarte rapide!


1 rouleau de pâte feuilletée, garnie d'environ

4 cuillèrées à soupe de crème fraiche battue avec

2 gros oeufs et

2 sachets de sucre vanillé

(à la vraie vanille, parce que la fausse, c'est très, très beurk, je trouve!)

Des tranches de pommes par là dessus

et un peu de confiote maison (ici à la mangue)


Je te colle ça au four pour 20 à 30 mn


et roule, ma poule!


.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 23:15

Il est une tradition allemande (et alsacienne) que j'ai ramenée avec moi.

Que les temps soient fastes ou pas, j'ai toujours essayé

de la respecter chaque année, car elle m'est très précieuse.


C'est la tradition des biscuits de l'Avent


Dans les pays du Nord, en prévision du premier de l'Avent

(le premier des 4 dimanche jusqu'à Noël),

on prépare des biscuits. Ceci se fait souvent avec les enfants.

On dispose ainsi, sans interruption au cours de toute cette période,

"l'assiette de l'Avent" sur la table, afin que chaque visiteur puisse

piocher à loisir en sirotant son café, son thé ou son vin chaud aux épices.

Trônant au côté de l'assiette, la couronne de l'Avent.


Si vous achetez ou confectionnez des couronnes de l'Avent,

de plus en plus présentes dans le commerce,

vous aurez remarqué qu'elles sont généralement ornées de 4 bougies.

Voici la tradition:

On allume 1 bougie pour chaque dimanche de la période de l'Avent:

le premier dimanche, on n'en allume qu'une,

le deuxième dimanche, on en allume deux

et ainsi de suite, jusqu'à la quatrième.


L'esprit de partage, un acceuil chaleureux.

Ceci représente, pour moi

le véritable esprit de Noël !


J'ai donc commencé à confectionner mes biscuits.

Sachez qu'il est d'usage d'en confectionner plusieurs sortes,

afin que l'assiette soit garnie de biscuits différents


J'ai commencé par des sablés:


-300 gr de beurre (j'ai mis 230 gr de beurre doux et 70 gr de beurre demi-sel),

-250 gr de sucre et

-2 paquets de sucre  vanillé


que l'on mixe ensemble :


 

    


On ajoute:

- 2 à 3 oeufs, selon la grosseur

- 175 gr d'amandes en poudre

- de la liqueur d'amandes (Amaretto).

Comme je n'en avais pas, j'ai mis un petit verre de crème d'amandes

(ce que vous voyez sur la photo). On peut aussi remplacer par 1 ou 2 gouttes

d'extrait d'amandes amères (pas plus!)

- 450 gr de farine mélangés à

- 1/2 paquet de levure chimique


(Si vous n'avez mis que du beurre doux, ajoutez une pincée de sel)


 

 

Finissez de pétrir à la main. Ca colle aux doigts.

Vous devez obtenir une pâte souple, mais pas liquide


Les biscuits seront formés grâce à une presse à biscuits.

Cette presse dispose de plusieurs grilles différentes.

- Plaque rouge: mon lèche-frites en alu, garni d'une feuille de sillicone

- Plaque noir: mon lèche-frite émaillé, garni de rien du tout (même pas de beurre)


 


Et voici le résultat au bout d'env. 15 mn au four, chaleur tournante, 190 degrés.

Et là, vous risquez de perdre votre première plaque d'essai,

alors surveillez la bien! Chaque four est différent...

Vous réglerez la chaleur et la durée en fonction de cette plaque initiale,

sachant que lorsque les biscuits commencent à dorer,

cela va très vite avant qu'ils ne soient trop cuits.


En fait, le temps d'attendre 1mn que ça refroidisse un peu,

de débarrasser la plaque des biscuits cuits,

de la nettoyer et de la regarnir, la plaque d'avant est prête.

D'où la notion d'"environ", car je garde simplement la cuisson à l'oeil.


J'avais noté pour mon ancien four à gaz: 275 degrés, de 10 à 12 mn,

alors que la recette d'origine dit "200 degrés, 20 mn"

(beaucoup trop longtemps, à mon avis!)


Cette fois encore, ma première fournée était un peu trop "bronzée"


Voici les buiscuits cuits :



Vous obtenez trois belles assiettes bien remplies

Mais vous n'avez pas terminé!

Vous allez, à présent, décorer avec du glaçage au chocolat (couverture)

Vous pouvez le confectionner vous-mêmes,

mais le plus pratique est selon cette méthode:

acheter un paquet de glaçage que l'on passe au micro-ondes

et dont on coupe l'un des coins en biseau


Bien laisser sécher avant d'empiler!!!

LES MISERES :


Que peut-il vous arriver comme misère, lors de cette préparation?


La pâte ne sort pas de la presse ou elle coule. Ou elle colle à la tôle et à la presse: vous obtenez un espèce de tas informe.

1) La consistance est trop sèche: rajoutez un oeuf!

2) La consistance est trop molle: rajoutez un peu de farine

3) vous avez mis la grille de la presse à l'envers : sur certaines presses, l'un des côtés montre des contours en biseau arrondi (ils guident la pâte, de l'intérieur vers l'extérieur) et l'autre dispose de bord nets (c'est la face extérieure)


Comme pour la cuisson, vous allez peut-être devoir tatonner un peu au début. Pas de panique! Vous récupérez votre pâte sur la plaque et n'avez aucune perte. Vous ajustez petit à petit, jusqu'à ce que ça fonctionne. Je vous assure que ce n'est pas sorcier. Il faut juste un peu de patience. La difficulté de dosage provient de la grosseur différente des oeufs. Cette fois, j'ai du en rajouter 1 et allonger d'une cuillère à soupe de farine.


Cette année, j'ai eu un autre problème: je n'avais pas pris la bonne presse.

Ou plutôt, cette presse ( à churros) ne disposait pas des bonnes grilles.

La pâte bouchait les trous

Je me suis aussitôt rabattue vers ma bonne vieille "Gerda"

(c'est le nom de la marque. Mais je l'ai achetée en Allemagne)

Elle traverse avec moi vaillamment les années...


Si vous voulez acheter une presse, mon conseil

Choisissez de préférence ce type de modèle:

- en plastique (je me blesse avec celle à churros lors du nettoyage)

- avec des grilles disposant de deux faces différentes (voir plus haut)

- une presse accompagnée d'un nombre de grilles variées

(petits et grands trous)

La cause de ma mésaventure:

il y avait de l'amande moulue dans ma recette

et les morceaux épais bouchonnaient à la sortie


Je n'ai donc utilisé que mes grilles à trous larges




Vous pouvez à présent réserver dans une grande boite en fer.


Comme je vous l'ai dit, vous n'êtes pas au bout de vos peines,

car il vous faut passer aux autres sortes de biscuits.

En Allemagne, je les faisais souvent avec des amies.

Aujourd'hui, comme je les confectionne seule,

je compte un après-midi entier pour les biscuits décorés.

Pour les biscuits plus simples, comptez une soirée

(donc possible le soir, après le boulot)


Bien sûr, cela représente du travail.

Mais quelle joie de pouvoir les partager ensuite!


BONNE PERIODE DE L'AVENT !






Partager cet article
Repost0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 00:02
        La salade cuiteJ'ai ramené une salade de la campagne.

Une salade de jardin. Une salade avec plein de terre, un escargot et ses crottes dedans. Une salade  grignotée, à la découpe rouillée et aux feuilles bien dures. Elle m'en a fait voir, cette salade, avant qu'elle ne soit propre! Et pourtant, elle m'a fait rigoler. Parceque je me suis souvenue de la copine de Berlin, qui avait presque eu une crise de nerfs à cause d'une salade de terroir: un escargot minuscule m'avait fait l'affront de se balader le long du saladier. Oh, le fourbe! Il avait échappé à ma vigilance!!!

- "Et ben oui, ma chérie, je suis désolée de ce qui arrive, mais je ne suis pas la seule coupable:  y'a des escargots dans les salades!"

Ma force de conviction n'avait d'égale que ma honte: chez elle, une telle chose n'eut été possible. Dans les pochons de salade industriels, les escargots ne se baladent forcément jamais...

Naturellement, je ne tenais pas l'excuse valable: Joe n'avait vraiment rien a faire dans mon saladier!




Elle n'a pas mangé ma salade, même après que je nous aie promptement débarrassée de l'objet du délit, accompagné de sa feuille. Et pourtant, c'était un joli petit coeur, bien clair, bien tendre, avec un délicat arrière-goût de noisette! Ma copine aurait même presque réussi à me couper l'appétit: si j'avais mangé un cadavre de crapaud cru en face d'elle, son regard n'aurait pas été plus dégouté!


Et voilà qu'aujourd'hui, comme à chaque fois que je lave une salade ramenée de la campagne, Joe fait son apparition dans mon évier. Cette fois, il n'a pas déboulé en famille. Je dois encore expliquer que les Joe ne sont pas les bienvenus dans mon saladier et lui proposer le carré d'herbe de l'immeuble. J'en suis sûre, sa vie sera meilleure là-bas!


Je lui ai souhaité bonne chance et il est parti. Sans se retourner, une lueur de joie au bout de l'antenne.

Voici la tête de l'ancien logis de Joe, une fois passé au robinet et à la loupe:


             A gauche,                        A droite, des feuilles
       un coeur tendre                             abimées et coriaces



Voici ce que j'ai observé à de nombreuses reprises: chez beaucoup de gens qui achètent encore de la salade entière (ils sont de plus en plus rares), seul le coeur est consommé. Les "vilaines" feuilles partent à la poubelle! ... Joe en serait malade!!!

Déjà qu'il existe des gens étonnés qu'il y aie de la terre et des escargots dans les salades "normales", voilà que tout le monde oublie qu'on peut les consommer entièrement!!!

La salade javelisée en pochon, non seulement ce n'est pas bon, ça ne se conserve pas, mais en plus, c'est drôlement cher!  Je soupçonne donc certains français de repasser au modèle standard, qu'il faut éplucher. Y'en a même qui vont sacrifier un bout de pelouse pour en semer. Non seulement certaines ménagères urbaines vont mourrir d'effroi à cause de Joe, mais la moitié des salades vont partir à la poubelle.

Je m'insurge, je fais remonter quelques souvenirs
 et j'informe ceux qui ne le savent pas:


Sachez, mesdames, messieurs, que vous pouvez faire encore PLUS d'économies et moins de gâchis: en cuisinant ce que vous ne mettrez pas en saladier!
Ben oui, les "anciens" n'étaient pas idiots et certaines personnes de milieu modeste savent toujours que la salade cuite, c'est très bon!

Je vous propose donc un plat qui pourra revenir à la mode.
Dans le genre "nouvelle cuisine d'antant", en quelque sorte! :-D


Faire revenir des lardons et de l'oignon

Ajouter la salade et un petit peu d'eau
(les salades de jardin sont moins gavées d'eau que celles de serres industrielles)

Saler, poivrer, touiller

Couvrir et laisser un peu réduire

Comme j'avais un reste de sauce de poulet au pruneaux...

Deux cuillérées de crème fraïche

Et on laisse cuire à feu doux:
le temps de cuisson dépend de la dureté des feuilles



Et voilà !
Je n'avais plus qu'à faire cuire quelques tortellini aux fromages,
à mélanger le tout avec une noix de beurre frais
et à récolter les louanges.

Alors, deux choses:
ne haïssez pas Joe (très bon en persillade ou en cassolette, Joe!)
et ne jetez donc plus bêtement vos feuilles de salade!


.
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 09:53
  Sauté de porc aux poivrons et pruneaux
Pour 2 personnes, j'ai pris :

- ma cocotte minute
- de l'huile d'olive pour faire revenir les ingrédients

- 500 gr de sauté de porc
- 1 bel oignon
- 1 poivron rouge
- 1 grosse poignée de pruneaux
- de la harissa en tube
- de la poudre de ras-el-hanout
- de l'ail
- 1 cube de bouillon de volaille





Faire revenir les oignons et le poivron dans de l'huile d'olive




Ajouter les morceaux de viande et faire dorer


Couper la tomate en dés et ajouter
Eplucher et écraser 1 à 2 gousses d'ail, selon la taille des gousses
Ajouter env. 1/2 cuillère à café de harissa
Saupoudrer de 2 cuillèrées à café de ras-el-hanout
Emietter le cube de bouillon (ne pas saler, donc!)


Ajoutez les pruneaux


Ajouter de l'eau. Environ 2 verres:
la viande doit juste baigner, mais ne doit pas nager
Laisser cuire env. 20 mn. à partir du moment où la soupape "chante"


Servir accompagné de semoule

Et là, pas de photo, parce qu'on l'avait mangé
avant que je ne puisse attraper l'appareil!

.
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 14:30
Il est tellement de bonnes choses, que cela donne envie de composer

Une base pseudo-thaï à la Gum :

Poulet au saté, poisson à la citronelle sur lit d'épinards,
 riz parfumé au gingembre




et papadum (Inde), gingembre au vinaigre (Japon), petits piments (Espagne)
ananas au miel breton et au vin de riz (Chine)


Pour l'ananas, j'ai coupé des tranches de fruit au sirop
en morceaux pas trop petits et j'ai dilué du jus de la
boite avec un bonne cuillérée de miel et quelques gouttes de vin de riz


Mettre au frais


2 petits filets de poulet ou 1 gros
1 tomate pas trop grosse
1 boite de lait de coco ou 1 petit tetrapack
1 sachet de pâte à saté

2 petits pavés de poisson blanc surgelés
1 tiges de citronelle
1 citron vert ou jaune
coriandre en poudre
curcuma

sucre roux (ou blanc)
1 petit tetra de crême fleurette

5 cubes d'épinards surgelés

1 petit piment rouge séché (ou pas)
coriandre fraîche
1 oignon, ail, sel



Dans une poêle, faire revenir 1/2 oignon dans de l'huile (j'ai pris de l'huile de coco)

Quand ils sont translucides, y faire revenir les petits morceaux de poulet
Lorsque le poulet est doré,

ajouter 1 gousse d'ail écrasée et la tomate en morceaux

Diluer 2 ou 3 cuillèrées à soupe de pâte saté
(selon la qualité et la dose de piment incluse)
dans un peu d'eau tiède et ajouter

Délayer avec la 1/2 boite de lait de coco (ou le petit tetra)

Laisser mijoter à feu très doux


Mettez votre riz à cuire avec 1 petit morceau de gingembre non écrasé





Dans une autre poêle, faire revenir l'autre 1/2 oignon

Lorsque l'oignon est translucide,
ajouter les tiges de citronelle et 1 gousse d'ail écrasée

Diluer avec la crême fleurette

Ajouter le jus de citron,
le piment,
env. 1 à café de coriandre en poudre,
env. 1/2 cuillère à café de curcuma
env. 1/4 de cuillère à café de sucre, saler

Coucher les filets de poisson encore surgelés dans la préparation

Laisser mijoter quelques minutes en écrasant de temps à autres
la tige de citronelle, pour qu'elle rende son jus

Retourner délicatement le poisson

Laisser mijoter à feu doux environ 1/4 d'heure,
jusqu'à ce que la sauce soit bien onctueuse.
A la fin, ciseler un peu de coriandre fraîche et mélanger délicatement


Le riz étant cuit, égoutter, sortir le morceau de gingembre
et mettre en coupelle, couvrir pour garder au chaud


Passer le cubes d'épinard au micro-ondes, saler et en tapisser deux coupelles

Débarrasser le poisson de la tige de citronelle et du piment
et, avec le dos de la fourchette, former des petits cubes de poisson.
Disposer le poisson sur les épinards
, arroser de sauce

Garnir les dernières coupelles de poulet au saté


Les papadums (comme la pâte de saté et les tiges de citronelle)
sont vendus en magasins de produits asiatiques. Il suffit de les passer
quelques secondes au micro-ondes



BON APPETIT


Partager cet article
Repost0
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 14:30
UNE ENTREE ETONNANTE, SIMPLE ET TRES FRAICHE

A NE CONSEILLER QU'A CEUX QUI AIMENT LE SUCRE-SALE-EPICE

Je l'avais trouvée un jour sur le net et m'étais promise d'essayer. Il y a quelques jours, j'avais une mangue ; c'était l'occasion. Recette testée et adoptée!





Il faut juste mélanger :

- une mangue assez mûre, coupée en dés.
   Plus elle est mûre, plus la salade sera sucrée, bien entendu.
- on va dire deux bonnes poignées de crevettes
   (je les ai mises encore surgelées et ai gagné du temps sur le temps
   de réfrigération)

- de la coriandre ciselée
- le jus d'un citron vert
   (l
e mien était jaune, comme vous le voyez dans mon hipo-presse-citron)

- une grosse gousse d'ail écrasée
- du vinaigre (j'ai pris du vinaigre d'alcool, mais je pense que le vinaigre
   de cidre doit être pas mal pour cette recette).
   (Je viens d'ailleurs de retrouver cette recette sur le site "http://www.sahten.com/"
   et on y conseille aussi le vinaigre de cidre
)
- de la cive
   (que l'on peut remplacer par de l'échalote - j'ai mis de l'oignon rouge)

- du chili
- du sel et
- des grains de sésame pour décorer (la prochaine fois, je les toréfierai
   un peu à la poêle).








SERVIR TRES FRAIS, FERMER LES YEUX ET...

ECOUTER LES FEUILLES DE PALMIER
DANSER DANS LE VENT !




.
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 14:13
A partir du milieu du 18ème siècle, une personne raffinée se doit de consommer des produits coloniaux. Et il est de bon ton de se faire représenter en tant que tel. Voici le portrait de Pierre-Grégoire de Roulhac, seigneur du Limousin.



Sur ce tableau, exposé au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, on observe nombreux produits d'importation comme la soie, la porcelaine, le plateau laqué de Chine, mais aussi des produits issus des Colonies et des pratiques esclavagistes: le café et le sucre.



Nantes et Bordeaux étaient les premières villes négrières françaises, un commerce juteux qui les rendit prospères.  On comprend pourquoi ce thème reste encore de nos jours plus ou moins tabou. De nombreuses familles ont fondé leur  richesse sur ces revenus à la renommée peu reluisante. Il faut dire qu'à l'époque, les cargaisons d'esclaves étaient considérées comme de simple cargaisons de marchandise, au même titre que n'importe quel produit de négoce.
On arrachait des hommes, des femmes et des enfants à l'Afrique, on les vendait dans les colonies, pour qu'ils travaillent et meurent sur les plantations. C'est ainsi que la France découvrit les joies du café, du sucre, du cacao, des épices...


Des hommes mouraient sur les bateaux et les plantations de cane.
A même moment, la noblesse européenne distribuait du sucre à ses chiens...


Si les blogs existent toujours dans 200 ans, je me demande ce que l'on y écrira sur notre société actuelle.  Alors que notre vue s'amenuise au fil du temps, il nous est toujours plus aisé de voir les travers de nos ancêtres. Avec ou sans lunettes,  il reste pourtant aisé de voir que l'homme restera toujours un loup pour l'homme...

Nous roulons sur des pneus de gomme, nous mangeons des bananes toute l'année.
Nous avons nos esclaves et sommes nous-mêmes un produit de négoce... jetable ! (je sais de quoi je parle!!
 

Et ben tiens, sur ce, je vais aller me faire un pt'it café... Bien sucré! :-D

.
Partager cet article
Repost0