Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 00:13
Elle est jolie, cette jeune fille, n'est ce pas ?


Son histoire et celle de sa famille est abominable.
Je sais que toute personne ne peut ou ne veut être confrontée avec des récits ou des images aussi terrifiantes. Alors, je vous laisse le choix.
En cliquant sur ce joli visage, vous découvrirez sur le blog de Regis
la terrible histoire de JACQUELINE SABURIDO,
une histoire qui peut nous arriver à tous...

Les vacances d'été sont là et je pense cependant qu'il serait bon que
beaucoup de jeunes (et moins jeunes) gens y soient confrontés.
Si Jacqueline Saburido et sa famille ont mis ces photos à disposition
du public, je crois qu'ils l'ont fait dans ce but et je nous nous devons de les remercier pour ce si grand courage !

Je serais mal placée pour jouer à la donneuse de leçon: moi aussi,
j'aurais pu vivre la même chose. J'ai eu de la chance. Mes amis aussi...
Certains en ont moins. L'un de mes cousins, par exemple...

NOUS NE DEVONS PAS OUBLIER QUE DE TELLES HISTOIRES
NE SONT PAS RARES !


.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Histoire terrible que celle de cette jeune femme.Je sais pourquoi je ne bois pas d'alcool malheureusement ce n'est pas le cas de tout le monde.Mettre le niveau d'alcool à zéro pour conduire n'empêchera pas qu'il y en ait qui boivent comme des malades.Petite histoire d'alcooliques:un soir ma femme et moi regardions la télé, il était tard et tout d'un coup elle me dit que quelqu'un hurle dans la rue. C'était une voisine.En fait après une beuverie il y a eu bagarre entre son compagnon et d'autres collègues de boisson et le compagnon s'est retrouvé à moitié mort et aprticulièrement emmoché.Je ne les connaissais pas spécialement (je venais d'arriver dans ce village), j'y suis allé pour voir le gars et lui porter secours. Il était allongé par terre en train de s'étouffer pendant que les autres continuaient à se battre. La femme hurlait....Les pompiers sont arrivés et ont embarqué le blessé...Le lendemain nous avons pris des nouvelles à l'hôpital, il avait 6g d'alcool. L'infirmière disait qu'il devrait être mort.Le pire c'est qu'il avait conduit dans cet état pour rentrer chez lui.C'étaient des gens non pas pauvres mais véritablement misérables. De la pire misère qui soit, celle de l'esprit.Malheureusement il y a beaucoup de gens comme cela pour lesquels la seule solution réside dans l'alcool.
Répondre
C
Je suis d'accord avec toi. Un taux d'alcool zéro est non seulement inconcevable, mais complètement inutile. Nous avons atteint la limite minimum au niveau du raisonnable, à mon avis. Une personne qui prend des anti-dépresseurs est largement plus dangereuse que quelqu'un qui atteint la limite autorisée. Sans parler des joints.Et les gens qui boivent ne se laisseront certainement pas dissuader.Tu sais, ici, en ville, des gens qui hurlent dans la rue ou qui se battent, on en voit tous les jours et c'est très, très triste. A ce niveau là, on passe à un autre registre. Malheureusement, les gosses boivent de plus en plus et de plus en plus jeunes. Même s'ils sont dans des familles très équilibrées. Je persiste à croire que c'est parce qu'ils sont de moins en moins confrontés au sentiment de responsabilité... Mais je crois en avoir dit suffisamment sur le sujet pour ce soir...je vais aller voir ce que rend ton blog, après relooking
A
tant pis, ce n''est pas "beau" pourtant ça l'est : désirer que cela n'arrive pas aux autres.et l'alcool des jeunes est une réalité... mon andouille de fils,  un peu ivre, un peu excité, au cours d'un jeu dans une soirée chez une copine, s'est pris un vélo en pleine figure et son incisive est tombée : ce n'est rien mais il va falloir un implant... non remboursé par la Sécu ... mais cela a été une leçon... pourtant, à la maison il ne boit jamais ni quand nous recevons du monde.. jamais... sauf durant ses sorties... il faudra que je lui envoie ces photos - bisouset dire que je m'étais promis de me coucher tôt, je suis vanée pour bouquiner... je te tiens les pouces Gum.... un bon p'tit job te ferait du bien
Répondre
C
Pardon, mais ton histoire de dent me fait rire! :-D Incroyable ce que les gars perdent ou se cassent comme dents à faire les guignols! :-D Ce qui est moins marrant, ça va être de la remplacer. Mais bon, s'il est plus prudent à l'avenir, ça vaut l'investissement, même s'il est douloureux sur le coup.Il ne faut pas être dupe: un grand nombre d'entre nous passent par la case fiesta alcoolisée, même les plus raisonnables (comme moi! ;-) ) Quand on rentre à pied et qu'on a les idées relativement claires, ça marche. Le hic, c'est de reconnaitre ses limites ou plutôt de sentir à partir de quand on les a dépassé. Malheureusement, nous ne sommes pas tous égaux devant le problème. Certains ont la chance d'être malades, d'autres pas. Ce qui est important, c'est d'avoir de bons potes. Dans notre petite clique (qui était assez grande), on avait de tout: des qui vomissaient, des qui déprimaient, des qui devenaient très drôles et des qui avaient tendances à chercher des noises. Mais on faisait tous attention les uns aux autres. Nous ne buvions pas pour boire. C'était des accidents de parcours. Je n'ai pas honte de dire que mes copains, lors de la soirée qui a servi à m'apprendre où étaient mes limites, ont jugé utile de me prodiguer une bonne douche avant que je ne rentre chez mes parents. Ce n'est arrivé qu'une fois. Ca aurait pu être une dent. j'ai donc eu plus de chance que ton fils. Et le porte-monnaie de mes parents aussi! :-D Nous ne partions jamais en voiture. Ou alors, on était conducteur sobre chacun son tour. C'est peut-être nous qui avons lancé la mode, dis-donc! :-D
D
quoi dire? sinon toutes ma pensée vers cette jeune femme, triste, je suis triste devant tant de bétises humaines, amitiés à toi
Répondre
C
ben, faut pas être triste, Deschamps!  Il faut juste essayer de faire la fête et de rentrer autrement qu'au volant. Et puis, puisque la discussion continue, tu peux aussi relever tes manches pour que nous soyons tous un peu moins égoistes et aveugles! :-)Désolée, il y a des jours où on se demande où l'on est tombé, en arrivant ici! :-D Mais reviens quand tu veux: tu verras,  y'a des jours, c'est nettement plus olé-olé! :-DBonne soirée!gum
C
Le poids des mots! Le choc des photos!C'est une véritable tragédie qui est arrivée à cette jeune fille mais j'hésite toujours à diffuser ce genre de chaîne ou alors de façon ciblée, il faut quand même avoir des tripes pour supporter la vue de ces images et je ne voudrais pas que mes garçons tombent dessus par exemple...D'un autre côté si ça peut mettre du plomb dans l'aile de quelques jeunes et moins jeunes et éviter ce genre d'accident...Bon après-midi ma GumetteBisous :0010:
Répondre
C
Et bien tu vois, je trouve que, lorsqu'on est en bonne santé et qu'on a la chance d'avoir des enfants en bonne santé, il faut se confronter à de telles images. Et pas seulement, il faudrait aussi y confronter les gosses. Parce que si, par malchance, toi ou eux y sont confrontés dans leur entourage, ils se sentiront un peu moins désarmés ou seront simplement plus compréhensifs. Ca existe, bon Dieu, les gens comme ça! Tu es "normal" et, si ça se trouve, demain, tu l'es plus! Il suffit déjà de rien.J'ai connu un gars très sympa, très mignon, très bien sous tous rapports. Et tu sais quoi? Il était incontinent. Il avait une vingtaine d'années. Il ne sortait presque plus de chez lui. Les "autres", les sois-disant "bien-portant' le terrorisaient.J'ai vu un monsieur "très bien" faire dans son pantalon, pendant qu'il faisait la queue à la caisse. Il avait juste pris des médocs et pensé qu'il aurait le temps d'aller s'acheter de quoi diner avant que "ça" n'arrive. Les gens se bouchaient le nez en se marrant. Et pas que les gosses. Même le personnel faisait semblant de ne rien avoir vu et se barrait en riant! Si j'avais pu, j'aurais distribué des paires de claques à tous ces connards! A la place, j'ai réussi à arracher une l'info à la caissière, à savoir ou étaient des sanitaires. Et j'ai accompagné le monsieur pour faire le nécessaire.Et ben, je crois fermement que si on expliquait assez tôt à tous le monde qu'un jour ou l'autre, on aura tous droit à notre lot de handicap, plus ou moins lourd, il y aurait un peu plus de monde au portillon pour comprendre et aider. Et que ce gars de 20 ans ou cette jeune femme n'auraient pas besoin de rester cloitrés chez eux.Cette jeune femme n'est pas un monstre, c'est simplement une femme qui a eu un accident. C'est simplement un être humain défiguré. Pourquoi cacher cela à des enfants? Pourquoi les tenir éloignés du "autrement"? Les enfants qui grandissent avec un parent, un frère ou une soeur handicapé l'apprennent très vite et comprennent que nous ne sommes pas tous pareils. Eviter à ses enfants la confrontation avec la perversion, là, je suis totalement pour. Leur apprendre doucement que cela existe, il le faut pourtant bien, malheureusement. Leur expliquer jeunes qu'on est pas tous pareils et qu'il faut non seulement le prendre en compte, mais aussi le respecter, ça, on peut le faire beaucoup plus tôt (je pense d'ailleurs que cela évite encore plus le traumatisme et le développement de toute sorte d'intolérances et de peurs). Je regrette que tous les groupes de maternelles basiques ne soient pas suffisamment armés pour mélanger les enfants. Cela éviterait bon nombre de dérives, favoriserait la vie en communauté, l'ampathie et enjoliverait fort notre société! Dans les groupes d'handis, vu la variété des handicaps, les gosses se retrouvent dans des groupes complètement hétéroclytes : tu as des handis moteurs de toute sorte et des handis mentaux ensemble. Et j'en ai vu qui n'étaient même pas handicapés du tout et qui attendaient simplement une ré-orientation correcte. Certains autres avaient des handicaps croisés. Et bien tu sais ce qui s'y passaient? Les mioches s'entraidaient selon leurs handicaps et ils faisaient les 400 coups ensemble. Je peux te garantir qu'ils s'entendaient comme larons en foire. Autant pour les torgnioles que pour les âneries. Les enfants sont ouverts à toute sorte de choses. Plus on les protège et moins ils le seront plus tard. Enfin, c'est juste mon avis....Et tu vois, j'irais même plus loin: si nous avons tous de plus en plus peur de la mort, c'est exactement- pour les mêmes raisons: avant, on veillait les morts. Maintenant, on les cache. Du coup, la mort ne fait déjà plus partie de la vie et elle terrorise tout le monde. Si on se laisse faire par cette société de papier glacé silliconé, épilé, svelte et tellement positive, souriante et en bonne santé, uniquement bonne à consommer des anti-dépresseurs, du viagra et autres produits à dos ballos ; si on accepte de croire que la maladie, la veillesse et la mort n'ont pas le droit d'exister, les plus coriaces mourront réellement à cent-vingt ans... après une vie immonde de solitude et de terreur perpétuelle ! Les autres ne voudront même plus vivre leurs vieux jours ou se suicideront pour un ongle cassé, parce que bientôt, cela ne sera plus considéré comme acceptable "dans les normes"... Tu trouves que j'exagère ? Je trouve que ce n'est pas si loin de la réalité....Désolée, Cali, mais quand je pars là-dedans, je suis non seulement intarissable (y'a qu'à voir mes réponses aux commentaires), mais je passe vite à l'état de volcan en effusion! :-DMais voilà que je me radoucis pour te faire un bisou, dis-donc! :-D :0010:
C
Ben oui, Gum, bravo pour ta perspicacité : j'ai suivi le 2ème lien de Papaye pour lui mettre mes com.Mais remarque, j'avais d'abord suivi son 1er lien, celui des etsitants sessuels, mais l'a jamais voulu me prendre de commentaires, faut dire que je suis pas très etspert en matière de viagra et cialis ! Escuse mon silence, Papaye !
Répondre
C
Hé! Hé! Elle nous fait de sacrés tours de magie, c'te Papaye, hein? :-DTiens, en parlant de perspicacité, je t'ai tricoté un nouveau (tout ridiculeusement minuscule) défi, ce matin...