Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 20:31
pr--sidentielles.jpg

"Le suicide apparaît souvent corrélé avec un autre phénomène majeur de notre société : l'alcoolisme, sans que pour autant on puisse
en conclure que l'un soit la cause de l'autre ou inversement. Aujourd'hui, cette tendance semble moins probante, mais la corrélation
est étroite avec le chômage, la précarité, la pression professionnelle et le relâchement des liens familiaux et sociaux.

On peut un jour être tenté par la mort, face à des difficultés qui nous dépassent.

"On se suicide parce qu'il est quelquefois plus difficile de vivre que de mourir, parce qu'une immense détresse intérieure trouve son issue dans la fuite d'un environnement devenu intolérable."

Le suicide reste, à bien des égards et dans tous les milieux, un sujet tabou dans notre société. Mais il est intéressant de constater que, d'après l'enquête de la SOFRES sur les français et le suicide, 70% de la population et 90% des adolescents souhaitent que l'on parle du suicide.

Ce désir de parole incite à penser que prévenir le suicide est possible, d'autant plus que près des 3/4 des suicidants ont montré des signes d'alerte plus ou moins perceptibles. Ces signes sont autant d'indicateurs de tentatives de suicide potentielles. Savoir les reconnaître peut aider à sauver des vies.

Le suicide est un problème majeur de santé publique, révélateur du mal être social. Depuis 1999, un plan national de prévention du suicide a été lancé par Bernard Kouchner, alors Ministre de la Santé. Onze Observatoires Régionaux de la Santé (ORS) ont lancé un plan de prévention. La mobilisation des pouvoirs publics, des professionnels et des bénévoles semblent commencer à porter leurs fruits puisque l’on constate une baisse des décès par suicide. Cependant, la prévention du suicide reste le parent pauvre de la santé publique."

Source : suicide.ecoute.free (les stats n'ont pas été réactualisés depuis 2002...)

 


"Si ne pas avoir de travail constitue une souffrance, en avoir un peut en entraîner. Pour la première fois en 1998, le Bureau international du travail (BIT) a réalisé un rapport mondial sur la violence au travail, le désignant comme un « phénomène structurel, ancré dans un contexte social, économique et culturel », et non comme un problème individuel et marginal. Exemple extrême, l'homicide est devenu, aux Etats-Unis, la deuxième cause des décès au travail !"
Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/ (étude datant de 1999)


La France classée 3e

Selon l'OMS, la France est le troisième pays, derrière l'Ukraine et les Etats-Unis, où les dépressions liées au travail sont les plus nombreuses, souligne l'Union nationale des cliniques psychiatres privées (UNCPSY, 160 cliniques privées). Selon elle, «la prévention de la santé mentale au travail est encore balbutiante».

Constante augmentation dans toutes les CSP

«On a de plus en plus de patients en état d'épuisement professionnel, qui viennent consulter tardivement, pour des raisons d'anxiété par rapport à leur travail, d'angoisse de perdre leur emploi», souligne Olivier Drevon, médecin psychiatre et vice-président de l'UNCPSY. «Ils arrivent souvent après un passage à l'acte», qui peut être une tentative de suicide, ou un débordement du comportement, des violences, des conduites addictives (alcool, drogue, médicaments), explique-t-il. Ces cas sont «en augmentation», souligne-t-il, et touche toutes les catégories : cadres, mais aussi caissières, ingénieurs, chauffeurs de bus..

20Minutes.fr avec AFP, éditions du 28/04/2007 - 13h47

 

Michel Debout (Président de l'Union nationale pour la prévention du suicide): En ce qui concerne les morts par suicide, nous manquons de données épidémiologiques, parce qu'en France, jusqu'à maintenant, nous ne nous sommes pas donné les moyens, en termes d'études et de recherches, en termes d'observation du phénomène, de mieux connaître la réalité du suicide. C'est pourquoi nous n'avons aucune donné fiable concernant les gestes suicidiaires ou les morts par suicide des personnes sans domicile, bien qu'on puisse penser que la détresse sociale dans laquelle elles se trouvent puisse favoriser une réaction dépressive et un éventuel passage à l'acte. Il faut prendre en compte également que dans des situations de dérive personnelle et de désocialisation, le risque de mort par maladie intercurrente [maladie qui intervient pendant une autre], par addiction, notamment alcoolique, ou par les conditions de vie elles-mêmes, et notamment le froid, peut exposer ces personnes à la mort sans qu'elles aient la "nécessité" d'un passage à l'acte suicidaire.

LEMONDE.FR | 06.02.07



APPAREMMENT, IL N'EXISTE PLUS DE STATISTIQUES OFFICIELLES
SUR LES CINQ DERNIERS ANNEES...


ESPERONS QU'avec une plus grande liberte du temps de travail, une multiplication des contrats d'emploi précaire (associée à la facilitation des prises de crédit à l'immobilier et autre, parce que cela booste nos chiffres à la consommation), des dispositions sévères prises à l'encontre des sans-emplois (actuels et à venir), sans-abris, sans-papiers, jeunes délinquants (et pré-délinquant grâce à un dépistage dès l'âge de trois ans), vieillards sans emploi non retraités (40-60 ans...pour l'instant), retraités non cadres du secteur privé, malades, COTOREP et tout autre individu inapte à participer efficacement au développement  de notre économie (ne pas oublier les personnes en surpoids, les laides, celles qui réclament un salaire adapté à leurs compétences, celles qui désirent s'occuper de leurs enfants...
J'en passe et des meilleures).
Bref, espérons que grâce à un tri judicieux et une sélection naturelle entre
les plus productifs

(Français entre 25 et 40 ans, sveltes, dynamiques, propres sur eux, endettés et trrrrrès ambitieux)
et les vilains

LES CHOSES S'AMELIORERONT!


J'espère aussi que nous ne serons pas la cible de nouveaux attentats, car assimilés à des adeptes de la politique américaine. Et qu'il n'y aura aucune guerre susceptible de menacer nos intérêts financiers...

PARCEQU'APRES TOUT, UN ETRE HUMAIN N'A AUCUNE VALEUR
BOURSIERE ET QUE, CHERES CONCITOYENNES, CHERS CONCITOYENS,
COMME ON DIT CHEZ NOUS:
"ON NE FAIT PAS D'OMELETTE SANS CASSER DES OEUFS!..."

007.gifVive la France et bon appétit !


.
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Ou là là!
Répondre
C
Ben oui, qu'est que tu crois? Ce n'est pas toujours la fiesta chez Gum ! :-D
A
Création d'entreprise, je connais ça... le truc pour sortir les gens du chômage quand y a pas de boulot.ça marche c'est vrai, mais faut être un bon professionnel et avoir un bon comptable (obligatoire) : mon neveu s'est lancé dans le paysagisme (il fait les jardins + entretien) dans le Sud et ça marche, mais il est pas prêt à prendre des salariés... il préfère rester seulje te souhaite surtout d'être bien entourée pour sortir du chômage. Mon frangin y est resté près de trois ans et un moment, ça n'allait pas fort.... pas fort du tout.moi et mon mari avons de la chance ; lui est fonctionnaire et moi disons à peu près (collectivités) . Alors quand les fonctionnaires râlent un peu trop - je trouve qu'ils font fort - même si les salaires sont pas mirobolants il y a la sécurité et ça moi j'apprécie.bisous 
Répondre
M
eh bien! oui ,il y a les forts,les beaux ,les jeunes,ceux qui se croient indestructibles et ceux sont les mêmes qui s'écroulent après la quinquantaine parce ils viennent de comprendre que l'on a pris leur tête pour un "plat de frites " pendant longtemps et qu ils ont joue au jeu de la terre brulée derrière eux<br /> et puis il y a les autres qui n'ont jamais étaient très forts ni très beaux ,qui n'ont eu de cessent de regarder les autres et le monde iIls ont souvent été deçu mais  jamais desespérés ,car le moindre espoir leur révélait une nouvelle route.Ceux là pensent que tout ne peux être noir Et la certitude d'avenir meilleur ne peut être que devant nous et les futures generation<br /> Ce soir je serai trsite avec toi mais dès demain je reparts au "combat" <br /> martine<br />  
Répondre
C
Aujourd'hui, j'ai parlé longtemps au téléphone avec une p'tite dame bretonne, et c'est à peu près là qu'on en est arrivées aussi! ;-) L'avenir meilleur, je doute un peu, mais à venir quand-même et les jeunes aux  dents longues ont encore quelques années devant eux, et peut-être toute la vie. Les autres se débrouilleront : ils sont nés et formés pour ça! :-)Allez, hop! On va y retourner, alors! :-DLa soirée sera déjà un peu meilleure que celle d'hier pour la plus p'tite moitié!:-)! A bientôt!Gum
C
Aujourd'hui, j'ai parlé longtemps au téléphone avec une p'tite dame bretonne, et c'est à peu près là qu'on en est arrivées aussi! ;-) L'avenir meilleur, je doute un peu, mais à venir quand-même et les jeunes aux  dents longues ont encore quelques années devant eux, et peut-être toute la vie. Les autres se débrouilleront : ils sont nés et formés pour ça! :-)Allez, hop! On va y retourner, alors! :-DLa soirée sera déjà un peu meilleure que celle d'hier pour la plus p'tite moitié!:-)! A bientôt!Gum
A
franchement, tu fais fort.... le suicide ...l'alcoolisme, l'abêtissement des foules... bref n'en rajoute pas... je vois que les élections t'on laissée un gout amer ... <br /> bref, bref, sourire, mdr... et puis quand ça va pas, faut le dire !!! et l'alcool, j'en connais qui me disent : "ça c'est mon tranquillisant !!!"<br /> m'enfin, je te souhaite une bonne journée, avec plein de sourires
Répondre
C
Ne t'inquiète pas, je crois que je n'ai rien à rajouter !:-D Mais tu sais, quand, d'un côté, on a envoyé 200 candidatures pour trouver un CDI et qu'on se retrouve en stage-découverte pour de nouvelles perspectives (sous-entend création d'entreprise, parce qu'apparemment, il n'y a rien d'autre à espérer en ce moment), alors qu'on demande à ceux qui travaillent de faire des heures sup', certaines pilules sont dures à avaler. J'ai même encore lu, pas plus tard qu'hier, que les gens sans travail étaient des fainéants. On oublie de dire que, si l'on a pas vingt ans et pas de réseau, on n'accède pas aux postes pour lesquels on dispose du profil. Forcément, ça met un peu en colère!Ayant bossé, entre autres,  dans le social, je sais, par dessus le marché, que j'ai encore de la chance... Il faut reconnaitre que je me demande si le monde tourne bien rond. Et il m'est sérieusement arrivé de me demander si ce monde était fait pour moi... ou moi pour lui!... Malgré les bêtises que je raconte quelquefois ici, je ne suis, fort heureusement, jamais tombée dans l'alcool, mais je comprends que certains le fassent. J'admets cependant que pour ceux qui ne sont jamais passé par certaines situations, il est bien difficile de se faire un image  et de ce cela peut entrainer : chacun voit midi à sa porte! :-) Alors, peu importe ce qui nous attend, il faut continuer et je sais que la nouvelle donne sera bénéfique pour certains. Ce qui ne change pas, c'est que tout le monde ne sera jamais en haut de la pyramide ou bourré de chance, et cela ne changera jamais, quels que soient les gens au pouvoir!Bisous!Gum
M
hello Gum .... heureusement chez moi les roses fleurissent et  même en double  sur mon blog  ( j'ai corrigé , merci de m'avoir signalé l'erreur   )  <br /> mais ça  va pas être   suffisant pour compenser la déception ....   et  quelle déception ....... ce n'est pas la joie .... <br />  Pas de frites mayo pour moi  s'il te plait , je suis un peu barbouillée ce matin  :-(  .........<br />  bises   Gum !
Répondre
C
Et ça, ça reste toujours une bonne nouvelle : "Il y a le ciel, le soleil et la mer..." et puis des fleurs et des p'tits oiseaux, des chats, des chiens,.... qui s'en moquent bien de toutes nos histoires d'hommes! :-)... Même si, quelquefois, ils en patissent...Finalement, je vais réfléchir à monter un autre genre d'entreprise : il semblerait que mes visiteurs ne soient pas friands de mes frites!;-):-DBises, Mary !Gum