Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 11:15
NANTES  - LE CAFE DU COMMERCE
(second article du jour)

Tu as raison, Kat : quand on voit ce qui est démoli, quelquefois, pour y construire un immeuble affreux plein de bureaux... Tiens d'ailleurs, si je trouve quelque chose sur internet là dessus, j'essaierai de faire un article sur un truc qui m'a assise, lors de mon arrivée à Nantes:

Il y avait un bar, en centre ville, dans lequel je n'avais pas résisté à l'envie de m'asseoir pour prendre un café. Et pourtant, dehors, il faisait plein soleil. C'était un bar magnifique, qui s'appelait "le café du commerce". Sa surface était celle d'une brasserie, avec des plafond hauts, des poutres, des fresques, des miroirs, des boiseries anciennes et un précieux, véritable, long comptoir (d'après mes souvenirs, mais je peux me tromper sur certains détails, car j'étais impressionnée et disposais de peu de temps). Des petites tables, des chaises en bois et aussi des banquettes. Les clients: des gens de tous âges, certains assis seuls, comme moi, le nez plongé dans un journal. Et puis des plus jeunes, eux, plongés dans des discussions animées. Ce bar m'a fait pensé à la grande époque des brasseries parisiennes. Apparemment, on se réunissait aussi ici, à certains moments, pour des rondes de discussions politiques.

Une fois installée à Nantes, je m'y suis aussitôt rendue, appareil-photo au poing, bien décidée à fixer l'atmosphère si particulière de ce bar. Je me suis retrouvée nez à nez avec des bâches de chantier : on était en train de tout détruire !!! A la place, aujourd'hui, un magasin stérile de chaussures de sport...

La place si connue de Nantes, la Place du Commerce a perdu, en deux coup de pelleteuse, tout son charme...Et le pire, c'est que pratiquement personne ne semblait s' interesser à un tel crime: j'y suis retournée souvent, triste et immobile, à regarder le travail des ouvriers. J'étais seule. Et je n'ai presque rien trouvé sur internet à ce sujet! C'est comme si la Star'Ac ou la vie intime de je ne sais quel bimbo siliconnée avait, de nos jours, plus de poids que certains endroits riches en véritable histoire humaine...

Tiens, je vais recopier ce que je viens de t'écrire pour lancer un appel : j'aimerais tellement que quelqu'un, d'aussi indigné que moi, passe par là, quelques photos sous le coude ou au moins avec une adresse internet, qui m'aurait échappé.

.
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Il me semble être passée devant ce café, alors que le mobilier était mis en vente. Beau mobilier ancien de bar, mais triste disparition en effet;
Répondre
C
C'est dommage, moi, j'ai raté ce moment : j'aurais bien aimé prendre des photos
K
Je ne sais pas si cela va te ravigoter, revigorer ou autre que sais-je encore, mais j'ai souvent crié au scandale en mon for intérieur devant de vieux arbres assassinés dont la sève coulait à terre.... cela me remuait et me chagrinait déjà enfant -pourquoi ???- parce que je grimpais aux arbres très souvent probablement et que j'avais un rapport à l'arbre particulier. Bref, personne ne s'est jamais révolté non plus autour de moi ! Mais aujourd'hui j'ai gagné ce combat puisque je viens de sauver six sapins bientôt cinquantenaire qu'on devait abattre pour construire un mur ...(de berlin?). J'ai interrompu ce projet soutenu par mon voisin paysagiste et finalement mon mec a accepté qu'on leur fasse juste une coupe de rajeunissement !!! Plus de mur... un grillage à la place... youpi, pourquoi je te raconte ça au fait ???? Ha oui, pour te ravigoter... heu, je me suis quelque peu égarée. En tout cas, pour quelqu'un qui a oublié ses pleins et ses déliés tu écris encore drôlement bien... Moi je bénis le sièle du clavier... ça vous évite mes pattes de mouches illisibles (lol) bzz...bzz... et puis ça tache pas !<br /> bonne journée Gum..<br /> Ah oui, au fait, j'ai trouvé une intérim pour le vieux Milord, je lui ai envoyé zaza...
Répondre
C
Ah! Ah! Ah! Ton pauvre mari... Déjà que de faire changer une bonne-femme d'avis, ce n'est pas de la tarte, mais si, en plus, elle rallie le voisin paysagiste à sa cause... c'était couru d'avance pour lui. n'empêche que tu vas souvent en entendre parler, de l'avantage d'avoir un mur. Et ne vas jamais lui raconter que quelqu'un te zieutait impertinemment, pendant que tu faisais bronzette dans le jardin : la réponse est déjà toute prête à être dégainée! :-DMerci pour le Milord! (N'empêche que ça me fait toujours un peu de peine, quand je repense à cette histoire)Bises, Kat'!Gum
C
j'ai trouvé un lien :<br /> http://perso.numericable.fr/~clogeais/LuiDerniersJours.htm<br /> L'article date de 2003, il est intitulé "Les derniers jours du Café du Commerce" à Nantes. La relation d'un nantais dépité et nostalgique.<br /> D'autre part, un peintre nantais aux influences diverses (impressionisme et cubisme a peint cet endroit et son ambiance en 1913. Il s'agit de Jean-Emile LABOUREUR, son oeuvre s'intitule "Le Café du Commerce".<br />  <br /> Si j'ai pu t'être utile ! Un Cactus, le fusil en bandouillère et la fleur au fusil.
Répondre
C
Merci, Castus!Deux liens fort intéressants, ma foi! Je m'achèterais bien le petit tableau pour me consoler, mais, vu le prix, je vais attendre un peu... ;-)N'empêche que tu as du avoir du mal à les trouver, ces liens! Tu as donc constaté, comme moi, que bien peu de gens s'étaient émus de cette démolition... Cela me donne l'impression qu'il n'y avait qu'une Gum, même pas Nantaise, et deux trois pelés à avoir remarqué ce qui se passait de terrible aux yeux de tous... J'ai beaucoup de mal à comprendre ce monde, dans lequel nous vivons...
U
Il te reste plus que le café de la bourse ;)) @+ Gum
Répondre
C
Ben oui, merci du tuyau! :-(