Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 00:04
Hier, en lisant mon billet sur Paris, un visiteur me demandais si j'étais nostalgique.
Et, très franchement, non, je ne l'étais pas. Alors, je me suis demandé quelle image illustrerait le mieux, pour moi, la nostalgie. Et la voilà.
C'était à l'époque où mon père vivait encore.
L'été et le moment où il était tout content, parce que sa fille redescendait d'Allemagne, et qu'elle lui demandait, sourire en coin et feu clignotant sur le bord de la paupière:
"Papa, un petit apéro en terrasse, ça te dirait?" et ma mère de dire invariablement quelque chose du genre : "Et bien toi, tu ne perds pas le nord!"

C'était l'époque d'avant le chômage, celle des fous rires entre copains, des nuits à danser et des planifications de vacances. Et pourtant l'époque où je me serais quand-même damnée pour un saucisson français, un fromage qui ressemble à un fromage et une vraie baguette, bien fraîche.

Mes parents étaient restés incrédules en me voyant composer ma "nature morte":
"Mais pourquoi trimballes-tu déjà l'entrée et le dessert ? On a même pas encore mis la table!... Tu ne vas pas faire une photo de ça, quand-même?! Si?... "...
Ma mère avait secoué la tête en riant et déclaré que "Notre fille est vraiment folle!"
et mon père avait hoché la sienne, avec un sourire, car il avait compris...

Pourquoi cette photo?

Parce que les olives et les fruits du marché, le rosé de Provence et le morceau de soleil... Parce que le "petit jaune", pas élégant, mais pour le père et la fille plus porteur de symbôles que tous les vins d'église (chez nous, les mots d'amour et les grandes déclarations n'étaient pas de mise. Avec lui, je n'ai jamais échangé qu'un "A la tienne papa!" et un "A la tienne, ma fille!" et tout était dit)... Parce que trancher le saucisson dans le dos de ma mère, pour le grignoter en sirotant son verre... Parce qu'entamer la baguette, pour déclarer ensuite: "Oh! Y'a encore eu des souris!"... Parce que les odeurs, les saveurs des fruits des maraichers du coin...
Parce que ce moment simple et privilégié avec mon père...
C'était pour moi l'image même du bonheur!

Elle est devenue celle de la nostalgie...


Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Après le lutin rieur, la fille au grand coeur<br /> la photo de papa dans ma cuisine, comme un autel des ancêtres. Il est parti, un peu à cause de l'été terrible, affaibli. Maintenant c'est moi l'ancêtre.<br /> Chacun son tour - allez y a Sarko à la télé, il est un peu au confessional.
Répondre
C
Mon père et Sarko dans le même message!  Prenant l'apéro ensemble!  Voyons, Andrée, ce n'est pas bien sérieux! :-D Je vais faire comme si je n'avais pas vu... Ou alors,  on dira que c'est lui et ses copains qui ont volé le pain, et le saucisson, et  nos verres avec. Et le pire, c'est que cette fois, ce sera vrai...
A
Je trouve pas les mots ... par contre t'as réussi à me faire chialer.<br /> ANSO
Répondre
C
Tu vois qu'il faut pas dire du mal des parigots, après ils te font pleurer! ;-)Bonne soirée, ma grande!Gum
M
Mais si, je te cause toujours mais devant ce que je venais de lire tôt ce matin, je ne savais pas quoi te dire.<br /> Il est vraie que des fois on prends des photos en somme, toutes simples, qui n'apportent pas grand chose sur le coup mais qui deviennent importantes après un évènement majeur de sa vie.  Et puis des détails sugissent de ces moments là.<br /> C'est la vie, quoi.
Répondre
C
A la seule différence que je savais pertinemment ce que je faisais en prenant cette photo. Non, Manu, je ne l'ai pas prise par hasard et j'ai réellement tout mis en scène, car des moments comme celui là, on sais qu'il ne sont pas éternels...
C
Tu sais, Gum, la nostalgie c'est un peu la présence de l'absence. On se dit qu'il y a des mots qu'on aurait du dire, on se dit qu'il y a des mots qu'on aurait du taire, et puis des gestes qu'on aurait du avoir et d'autres qu'on aurait du éviter; des soirées qu'on aurait du prolonger et des matins qu'on aurait du attendre. Et puis, et puis ... mais il y a une promesse qu'on devra toujours tenir : vivre avec eux en acceptant gaiement de les laisser s'éloigner.<br /> Bon, c'est pas tout, mais la bouteille de rosé, elle est toujours bouchée !
Répondre
C
Ch'suis embêtée, c'est mon père qui a embarqué le tire-bouchon! ;-)Bonne soirée à tous les deux!Gum
L
Que de coïncidences!<br /> Hier, j'ai emmené à developper les photos que mon fiston a pris lors de son voyage de classe....à Paris.<br /> Et aujourd'hui, j'ai reçu un mail d'une de mes tantes dont les pensées (je cite) vont vers mes grands-parents qui seraient très heureux de voir mes prouesses. Je me sens depuis un peu "nostalgique".<br /> Bonne fin d'après-midi ma lutine préférée.<br /> Bisous
Répondre
C
Non, non, pas de coincidences : j'attendais justement  que tu passes pour m'écrire cette réponse! ;-)Gum extralucide :-D